Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Le Père Peinard dans les Ardennes


Réflecs hebdomadaires d'un gniaf


Le Père Peinard fait sa Une sur les grèves dans les Ardennes



Les affiches du Père Peinard pour les élections
Collection IFHS 14 AS 122/2

Les bonnes pages

Messages

Emile Pouget le rédacteur

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Charleville : chasse aux anarchos

Père Peinard 3 juillet 1892 : Un riche camaro Mailfait qui avait aidé Loriette à déserter vient de passer en condamnation.

Il s'était d'abord fuité en Belgique; mais, coffré là-bas, son extradition a été demandée et il lui a fallu revenir.

Le gars a été très carré, nom de dieu ! Où il a été rupin, surtout, c'est quand le chef du comptoir s'est foutu à le débiner, le traitant de paresseux.

"Paresseux, gueule Mailfait, qu'est-ce qu'il faudrait donc faire pour être un travailleur. Depuis l'äge de 8 ans, je travaille à la verrerie : qu'est-ce qui nourrirait ma femme et mes enfants, si ce n'était pas moi ?..."

En fin de compte les enjuponnés lui collent 8 mois de prison.

Ecrit par libertad, à 18:23 dans la rubrique "Les chroniques du Père Peinard".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom