Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Le Père Peinard dans les Ardennes


Réflecs hebdomadaires d'un gniaf


Le Père Peinard fait sa Une sur les grèves dans les Ardennes



Les affiches du Père Peinard pour les élections
Collection IFHS 14 AS 122/2

Les bonnes pages

Messages

Emile Pouget le rédacteur

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Braux : A quand la fin ?

Le Père Peinard du 12 février 1893 : Nom de dieu ! les gas des Ardennes n'ont pas à se pousser du col ! Par chez eux, les bagnes y sont aussi communs que les étrons de pauvres hommes .Un des plus dégueulasses, c'est la société anonyme de Bogny-Braux, ousque turbinent environ 700 prolos . Y a bougrement de la mistoufle depuis une grève qui a eu lieu dernièrement : les ouvriers ont enduré des mic-macs de tous les calibres . Une soixantaine de bons bougres ont été saqués à propos de bottes, - et ça n'a pas été tout ! Y a pas de jours que l'un ou l'autre ne reçoive ses huit jours .

Outre ça, il s'y pratique un sale fourbi pour semer la zizanie entre les prolos . C'est arrivé la semaine dernière aux tourneurs . On leur a dit : "L'ouvrage manque . Faut que l'un de vous décanille . Vous allez choisir vous même la victime et voter qui sera foutu à la rue" .
Mille tonnerres !Voila une sale application du suffrage universel !
Quand c'est le patron qui saque un ouvrier, on a de la haine contre lui; on serre les poings avec des envies de lui écrabouiller le nez .
Dans le cas des tourneurs, y a plus mèche : c'est les copains d'atelier qui vous foutent à la rue .
A Braux, voici ce qui est arrivé : la victime de la votaillerie a été un type qui vient de faire ses trois ans; mais comme il a des recommandations près du patron, il va retrouver sa place kif kif comme avant... et un bon bougre sautera pour lui !
Je vous le dit, les camaros, cette sale votaillerie est bougrement bien combinée pour désunir les prolos .
Par exemple, où les exploiteurs auraient fait une sale bobine, c'est si les tourneurs avaient dit : "Puisqu'on nous a réunis pour délibérer sur ceux qui doivent décaniller, commençons par foutre dehors les sales feignasses de patrons !..."

Ecrit par , à 23:35 dans la rubrique "Les chroniques du Père Peinard".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom