Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Le Père Peinard dans les Ardennes


Réflecs hebdomadaires d'un gniaf


Le Père Peinard fait sa Une sur les grèves dans les Ardennes



Les affiches du Père Peinard pour les élections
Collection IFHS 14 AS 122/2

Les bonnes pages

Messages

Emile Pouget le rédacteur

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Charleville- Au palais d'injustice
Père Peinard 10 avril 1892 : J'ai dit quelques mots y a quinze jours de l'arrestation du copain Leroux, de Reims, à cause qu'il avait fourni des frusques à un troubade du 132e qui voulait déserter.
Voici comment le fourbi s'est passé : en perquisitionnant chez Moray, un chouette zigue de Charleville, les roussins dégottèrent des babillardes adressées à la fille de Moray par Loriette, le troubade en question.
Dans les lettres y avait des jaspinages amoureux, mais y avait aussi des débinages sur le colon du du 132.
Comme les roussins cherchaient des explosifs, et non pas des papiers. Ils n'auraient pas dû toucher à ces babillardes, mais allez donc raisonner avec ces crapules !
ils emportèrent donc les lettres et vivement les expédièrent au colon qui commença par savonner la caboche à Loriette, en attendant de le fader dans les bons prix.
Pour éviter les avaros, Loriette voulut déserter : Moray et Mailfait, un autre copain de Charleville, s'occupèrent du truc ainsi que Leroux.
Ca réussit chouettement : au jour dit Loriette s'en vint à la piôle de Loriette, il se frusqua en civilot, reçut le pognon pour son voyage et se tira à Charleville, pour de là se fuiter en Belgique.
Va te faire foutre ! A Charleville il cane, va se constituer prisonnier et se laisse tirer les vers du nez : il dénonce ceux qui pour lui rendre service l'avaient aidé à se tire-botter.
Moray et Mailfait eurent le temps de se carapatter en Belgique; moins bidard, Leroux fut sucré.
L'autre jour, il est passé en condamnation pour provocation d'un troubade à la désertion et pour recel et détournement de frusques militaires.
Il a très chouettement rebiffé au chef du comptoir de l'injustice. Comme ce birbe lui faisait honte d'empêcher un prolo d'être soldat, Leroux a répliqué :
- Ben oui, c'est une bonne action ! La Patrie ! Quoi que c'est ?....Celui-là seul qui a des terres au soleil, un patrimoine a une patrie. Comme je n'ai aps de patrimoine, je suis un sans-patrie et un anarcho...
Les jugeurs voulaient aussi lui dire ousqu'il a planqué les sales frusques : "Je ne le dirai pas, car je ne veux compromettre personne; j'aime mieux être condamné à une peine plus forte. Inutile d'insister là-dessus..."et sans plus de magnes, Leroux est allé s'asseoir tranquillement.
Turellement, les jugeurs l'ont fadé : ils lui ont collé dix-huit mois de prison, et trois mois par défaut à Moray et Mailfait.
Pour ce qui est de Loriette, il va passer en conseil de guerre.
Et dire que tout ça est arrivé parce que des roussins ont farfouillé dans des paperasses ousqu'ils n'avaient pas droit de toucher, selon leur loi.
Cré charogne, ils ne le porteront pas en paradis !
Ecrit par libertad, à 17:02 dans la rubrique "Les chroniques du Père Peinard".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom