Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Le Père Peinard dans les Ardennes


Réflecs hebdomadaires d'un gniaf


Le Père Peinard fait sa Une sur les grèves dans les Ardennes



Les affiches du Père Peinard pour les élections
Collection IFHS 14 AS 122/2

Les bonnes pages

Messages

Emile Pouget le rédacteur

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Villers-Semeuse. Pour un étron
Le Père Peinard 7 mai 1893 : Que je conte aux camaros une aventure arrivée à un dragon : elle serait bougrement rigolotte, si ce n'était les tristes conséquences qu'elle va avoir pour le pauvre bougre.
C'est arrivé à Villers-Semeuse, dans les Ardennes, où le château de Villers est farci de deux escadrons de dépôt du 22e et du 23e.
Le truffard en question ayant une envie folle de débourrer sa pipe, s'en va à l'écart de la route et fout son culot à l'air.
Il était en train de bien faire, tout à la joie de son turbin, quand passe un galonnard; l'animal se fout à renifler, humant d'où venait le vent et pas content d'en prendre plus avec son nez qu'avec une pelle.
Ayant reluqué le chieur, il lui expédie son ordonnance pour y prendre son nom.
Etre dérangé quand on est en train de se vider gentiment, y a rien de tel pour vous foutre en rogne! Le gas se relève, et pour toute réponse au larbin qui lui demandait son nom, il lui fout un coup de bancal* sur la gueule et l'envoie embrasser son étron.
Puis reculotté à la va-vite, il se tire des pieds subito.
Traqué par le lieutenant qui s'était foutu à ses trousses et avait réquisitionné pour le poursuivre tous les troubades qu'il y avait de ci de là, mon pauvre chieur devait être paumé.
Il l'a été, nom de dieu! On l'a ligotté et collé sur une civière. Quand il a eu repris ses sens, il demande sur quel chemin il est ?
"Sur celui du conseil de guerre!"lui réplique férocement le galonneux.
Et voilà, nom de dieu, ce que le pauvre truffard a gagné à chier dans la patrie... au lieu de lui chier dessus!

*sabre d'artillerie
Ecrit par libertad, à 19:37 dans la rubrique "Les chroniques du Père Peinard".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom